vendredi 17 octobre 2008

Toi aussi, aie ton mot à dire sur une des phrases du dernier billet de Didier Goux

Le Caravage, Saint Jérôme, 1606

J'aime bien tout faire comme les grands. Ô joie du jour, j'ai dégoté de quoi copier d'éminents blogueurs : discuter autour d'une phrase de Didier Goux parue dans son dernier billet, et ainsi suivre les pas d' Audine, Dorham, Nicolas, Zoridae, Balmeyer, monsieur Poireau, Nefisa, Malbeyer y mucho mas.

(Itinéraire conseillé : pour y comprendre quelque chose, cliquez dans l'ordre sur "dernier billet", "Zoridae", "Dorham", "Nefisa" puis "Malbeyer". )

Toi aussi, lis l'extrait suivant. Toi aussi, dis si tu y décèles seulement de beaux pieds ou tout de même un pied bot. Toi aussi, demande-toi si, par exemple, le participe présent employé ne ferait pas mieux de muer en un solide gérondif droit dans ses bottes :

« Bref, nous nous servons un verre (les adultes assommés), et entrouvrant la porte-fenêtre du salon, afin de pouvoir fumer en toute bonne conscience - ce que nous faisons illico »

Quant à mon avis sur la fameuse phrase, après avoir papillonné parmi les coccinelles, je suis allée le cafter chez l'araignée. La conjonction, vous dis-je, la conjonction...

26 commentaires:

Zoridae a dit…

Excellent !

Dorham a dit…

Ouida,
mon avis, c'est surtout que le sens de la phrase est improbable. Elle inclue une simultanéité entre l'action d'ouvrir la fenêtre et celle de se servir un verre. Manque plus qu'une commode sur le dos et le type est un surhomme...

Pas possible, on ne peut faire que l'un puis l'autre...

Zoridae a dit…

Non, Dorham, là je suis désolée de te contredire mais je vois plutôt une succession d'événements !

Dorham a dit…

Ben alors là, ça me ferait mal que j'aie tort :)

Quand tu utilises un participe présent, tu indiques la simultanéité, "entrouvrant la porte, tu te sers un verre"... ah oui.

D'ailleurs, Didier le révèle en écrivant chez lui qu'il a dû vouloir écrire, "nous nous servons un verre et entrouvrons..." ; soit ladite succession.

CQFD !

Zoridae a dit…

OK mais il y a le "et" = en fait cette phrase est tordue, non ?

Marie-Georges Profonde a dit…

Je comprends ce que tu veux dire, Dorham : en supprimant le "et", on se retrouve à servir un verre en tournant une poignée de fenêtre...
Mais comme on est 2, ça fait 4 bras, c'est faisable :))

Zoridae a dit…

Oui, si on supprime le "et" : le problème c'est que le "et" est là !

Audine a dit…

Le et devrait être un en, j'et démords pas.

Mélina a dit…

ENTROUVRONS;
Là, c'est moi qui n'en démords pas, je suis sûre, la bière et les cris aidant, que c'était la pensée profonde de Didier.

Nicolas a dit…

Didier, pensée profonde ?

Marie-Georges Profonde a dit…

Zoridae,
Toi alors, quand tu te bats pour une cause, tu y vas bec et ongles ! :))
Audine,
Et effet, Audine, et effet :))
Mélina,
Bienvenue et oui, je crois que c'était le fin mot de l'histoire Didiesque...

Zoridae a dit…

Dorham est mon exemple en tout !

Monsieur Poireau a dit…

"Bref, nous nous servons un verre (les adultes assommés), et entrouvrant la porte-fenêtre du salon, afin de pouvoir fumer en toute bonne conscience - ce que nous faisons illico"

Pour moi, le problème vient du ET, je suis d'accord.
Il entame une deuxieme phrase articulée autour de ce ET et cette phrase n'arrive en quelque sorte jamais :
et, entrouvant la fenêtre [...], ce que nous faisons illico.

En plus, je n'aime pas le verbe faire, en général !
:-)))

Didier Goux a dit…

Le mieux, tout compte fait (je me parle à moi-même, là, méprisant superbement toutes vos criailleries...), eût été d'écrire : "..., et d'entrouvrir la porte-fenêtre", etc.

Non, d'ailleurs, je ne suis même pas sûr...

Et merde, tiens !

Franssoit a dit…

Peux-tu signaler à ton Saint Jérome qu'il est en train de prendre des notes à côté de son cahier ? Quel tête en l'air !

Et profitons de cette concentration de spécialistes pour leur demander si il faut des tirets à tête en l'air et si quel aurait du être au féminin.

Zoridae a dit…

Didier,

Si, si, ça aurait été un peu mieux !

Dorham a dit…

Zo,

ton exemple en tout ?

Meuh, ne sois pas si certaine... Par exemple, tu n'urines pas debout quand même...

Marie-Georges Profonde a dit…

Nicolas,
En tout cas : Didier, sujet prisé :))
Zoridae,
J'ignorais !
monsieur Poireau,
Et hop, 2 voix contre le et !
Didier Goux,
Ne bougonnez pas. Avec tout ça, rira bien qui à wikio sera premier...
Franssoit,
Peut-être que le Caravage n'aimait pas la prose de Saint Jérôme.
Quelle tête, oui, quelle ! Les tirets sont inutiles.
Dorham et Zoridae,
Je vous laisse en débattre !

Zoridae a dit…

Dorham,

Si ! Et dans le lavabo !

Dorham a dit…

Dégueu,

tu rêves, je pisse pas dans le lavabo, moi ! Ni dans la baignoire d'ailleurs. Je pisse là où il convient de le faire.

Je prends soin à ne pas partager avec autrui ma décheterie personnelle.

Zoridae a dit…

Je plaisantais :))

C'est justement parce que tu ne le fais pas, que tu es mon exemple.

Il n'y a rien à comprendre. J'ai l'impression de n'avoir pas dormi depuis 48 heures et là je repars au boulot !

Bonne journée à tous !

Bises à la grande comédienne.

Didier Goux a dit…

Si Dorham ne pisse pas dans le lavabo, c'est parce que celui-ci est trop haut...

(Trollage ad hominem...)

Tante May HK2 a dit…

maaaaaaaaah, la prise de tête!
on se croirait à un banquet de premier trimestre d'hypokhâgne, version conflit entre les modernes et les Classiques (notez que le moderne récuse la majuscule, en parfait minimaliste existentiel qu'il est).

bon, tranchons dans l'art, non sans faire quelques manières.

pour ce, mes cochons (notez que le Classique eût employé le terme de 'pourceaux', mais il fallut bien que le moderne rechignât à cette allllitération redondante), faisons appel à Maître Ornicar.

Me Ornicar : l'emploi de la conjonction me semble en effet superfétatoire, pour ne pas dire impropre ; en outre, l'incohérence du propos s'en trouve décuplé-é-eu par le participe présent qui n'entraîne aucune succession dans l'action - ce que réclame en larmoyant, la conjonctivite. lequel participe est redndu parfaitement abscons par la survenue du but induit par l'emploi de "afin de".

Correction finale et politiquement correcte :

"Bref nous nous servons un verre et arrêtons in petto de fumer souhaitant ne pas incommoder la porte-fenêtre, quand bien même ne fût-elle que de salon. et *!"

balmeyer a dit…

Le mieux eut été de ne pas accueillir d'enfants, de ne pas ouvrir de fenêtre, de ne pas fumer, de ne pas boire.

"J'écoute ; le silence".

Voilà.

Ornicar Magister a dit…

Me Ornicar: permettez! circonflexe monsieur, circonflexe! sur le 'u' de "eut" mavoui, mavoui. marquons l'expression du doute.

je vous prie donc de copier jusqu'à épuisement de votre plume Sgt-Major le correctif suivant : "le mieux eÛt tété", je répèttt'teu : "le mieux eÛt tété"

Marie-Georges Profonde a dit…

Dorham/Zoridae/Didier Goux,
C'est pour une situation comme celle-là que l'on dit "l'élève dépasse le maître" ?
Tante May,
Et alors, et si j'adore les banquets khâgneux ? Non May !
(Monsieur Ornicar est animiste ?)
Balmeyer,
Enfin une version politiquement correcte ! Mais j'ai la vague sensation qu'on s'éloigne un peu, sémantiquement parlant, de la situation d'origine, non ? Je dis ça...
Maître Ornicar,
Ah, l'accent circonflexe ça ne sert pas qu'à sourire dans les blogs ? ^^