lundi 29 septembre 2008

Profonde Marie-Georges ?

Taddeo Zuccaro, La décollation de Saint Jean-Baptiste, 1560

Je dirais même plus : Marie-Georges Profonde ?
Au détour d'un commentaire chez Zoridae, monsieur Poireau m'a un jour demandé d'où venait mon nom. "Es-tu l'amie de Jacques Facial ?" s'interrogea un autre blogueur.
Cher monsieur Poireau, comment vous démontrer que je n'aurais pu trouver plus adéquat pseudonyme ? Je veux dire : oui, c'est avec joie que j'accepte de vous en narrer l'origine et vous dire combien il me sied, comme le gant va à la main, la vache au taureau, le veau à l'abattoir.

Je l'ai adopté (le nom, pas le veau) pour plusieurs raisons. Un prénom tant masculin que féminin, une consonnance politique (grâce à madame Buffet) et racoleuse (après coup je souligne son utilité pour attirer quelques brebis égarées de Google et feindre dans mes stats une multiplicité de visiteurs), un soupçon d'oralité freudienne et un jeu de mot à la noix, ce nom est un concentré de ce qui me caractérise.

En réalité il ne date pas du blog. Marie-Georges Profonde était une des protagonistes d'une méthode d'apprentissage du français que nous avions inventée, mes collègues et moi, alors que nous enseignions à Séoul. Las de prêcher une grammaire impossible et des leçons de "civilisation" fleurant bon le camembert et le Chanel 5 sur fond de photos de côte d'azur, nous rédigions à nos heures libres dialogues improbables et exercices stupides afin de nous détendre.

Toute méthode de langue comporte des personnages pittoresques, avec leur fiche d'identité en préambule, leurs dialogues au début de chaque double page, d'où découle une leçon de grammaire et un thème de civilisation. Nous suivions scrupuleusement cet ordre canonique. Notre manuel s'appelait "La méthode pour rien". Je restitue ci-après ce qu'il me reste de nos identités. Pour l'heure, ma mémoire flanche concernant les comparses de Marie-Georges. Mais lorsque j'aurai remis la main sur cet ouvrage d'inutilité publique, je le brandirai à la face du monde en en diffusant les dispensables enseignements.

Nom : Profonde
Prénom : Marie-Georges
Âge : moins de 26 ans
Profession : agent d'ambiance dans l'ascenseur du Crédit Lyonnais de Séoul
signe particulier : secrètement communiste, se transforme la nuit en Super-Hue

Nom : Lavoinée
Prénom : Arlette
Âge : moins que ça
Signe particulier : secrètement catholique (collectionne les chapelets)

Nom : Philou
Profession : tourneur fraiseur sur fromage à l'ambassade de France de Séoul

Nom : Degôche
Prénom : Grosscônne
signe particulier : secrètement de droite.

Ces héros se croisaient régulièrement à Carrefour. De leurs rencontres naissaient dialogues de sourds et répliques alambiquées, chargées d'objectifs linguistico-culturels au service de la leçon à venir. Comme dans les vrais manuels.

Extrait de dialogue :
Au rayon foie gras
"- Stop ! Arrêtez ! Halte au génocide des volatiles de Noël !
- Qui êtes-vous ?
- Je m'appelle Arlette Lavoinée, j'ai moins que ça. Et Vous ?
- Je m'appelle Grossconne Degôche.
- Vous êtes noble ?"

Exercice de civilisation : "La France compte plus de 350 fromages. Citez-les un par un."
Exercice de syntaxe : "Mettez rien à la place des trous. 1 Chirac, il fait ..... qu'à dire des conneries. 2- J'en ai .... à foutre." etc.
Exercice de phonétique : "Apprenez à distinguer le son /m/ du son /R/. Répétez plusieurs fois : J'parie ma culotte. J'pas mis ma culotte."

Faites-moi dire ce que je n'ai pas dit : les vrais manuels de français langue étrangère sont à peine mieux faits.

L'aventure prit fin en 2001 lorsque je revins du pays du matin calme, après avoir contribué pendant un an à la diffusion de cette culture qui nous étreint tous ici dès le réveil : romantisme, menus de la Tour d'Argent et haute couture. Quant à Marie-Georges Profonde, elle ne reprit du service qu'à l'ouverture du présent blog, en avril 2008.

19 commentaires:

Kris a dit…

nous voilà bien renseignés maintenant ! J'aimerai bien voir la transformation en super-hue :-)

balmeyer a dit…

Excellent ! J'espère qu'il reste des traces de cette "méthode pour rien", ça me semble sacrément marrant, ce truc !

Fab-Fab a dit…

Hello chez vous!

Ah bah ça, je plussoie Balmeyer! Franchement bien trouvé ce concept! Pourquoi même ne pas le faire éditer? Y'a un public pour ce genre d'antimanuels, de trucs pour rien et autres carnets de gribouillages. Après, c'est peut-être retrouver tes collègues/comparses de l'époque pour leur demander leur accord qui risque de ne pas être coton...
En tous cas, merci pour cet aperçu récréatif de tes talents!

Gaël a dit…

7 ans de silence ? pauvre Marie-Georges...

Comme une image a dit…

Je suis très ému par ce récit ; la naissance d'un pseudo, c'est quelque chose, et je vois qu'il est né sous de bien belles étoiles (bien que lointaines).

martin a dit…

Ah, tiens ?! J'avais plutôt pensé à une autre référence plus proche de ce "soupçon d'oralité freudienne" que vous vous évoquez, maisje dois me tromper...

:)

BritBrit a dit…

C'est génial ! Je regrette de ne pas avoir pu appartenir à ce cercle littéraire.

Melle ciguë a dit…

Pareil que Balmeyer et fab-fab! On aura droit à une édition dédicacée?

Marie-Georges Profonde a dit…

kris,
En fait j'avais une cape rouge la nuit et je renversais les rayons de Carrefour...
balmeyer,
J'ai bien le manuscrit quelque part, mais où...
fab-fab,
Mais de rien :) Les comparses, je ne les ai pas perdus de vue, c'est bien là l'essentiel.
Gaël,
Oui, enfermée dans un cahier rouge qui plus est !
Comme une image,
Tu sembles connaître les étoiles d'extrême-orient, me trompe-je ?
martin,
Vous ne vous trompez pas, elle y est aussi ;)
Britbrit,
Comme tu y vas ! Un cercle littéraire peut-être pas, un carré potache à la rigueur :)
Melle Ciguë,
Je comptais bien mettre en ligne ces quelques leçons. Mais faudra attendre un ptit peu... (cf. réponse à Balmeyer)

Dorham a dit…

M++
M+++,
Marie-Georges au pays du matin calme, ça a un air de... mais ça donne envie d'inventer une machine à remonter le temps...

vangauguin a dit…

A défaut de Carrefour et de Tours d'Argent, après avoir mené la vache au taureau, le veau à l'abattoir, le français moyen, et néanmoins profond, pourra mener sa femme au Mammouth... :-)

Ah! c'est si bon de s'en payer une tranche! Surtout si c'est de la langue, si tendre...

Spermy a dit…

pauvres, pauvres chinetoques. ou assimilés.

Marie-Georges Profonde a dit…

Dorham+++,
Ah oui ? C'est comme les rides alors...
Vangaughin,
Tu parles du magasin ou de l'Education nationale ? :))
Contente que cette tranche de langue te plaise ;)
Spermy,
Je ne te le fais pas dire...

vangauguin a dit…

Marie-Georges

à priori il s'agissait du magasin (la plaisanterie reposait sur cette signification), mais tout mammouth bien pesé, et ton profil supposé soupesé, l'autre tiendrait aussi bien (toute) la route...;-) quoique, est il raisonnable d'éduquer "Sa Femme"...??? Les femmes n'en savent elles pas déjà bien assez (et n'est ce pas déjà trop?)... hihihi, je sens que je vais me faire des copines de blog...

Audine a dit…

Au début ça fait bizarre comme pseudo, puis on s'habitue et finalement, ça te va tellement bien !
Tu devrais nous raconter Séoul dis donc, au lieu de nous mettre l'eau à la bouche ...
Et puis de t'imaginer "petite" (enfin, dans une autre vie !), ça donne encore plus l'envie de te rencontrer "pour de vrai".

Helen a dit…

ah j'aurais au moins appris quelque chose aujourd'hui : l'origine de ton pseudo !!
Tout s'explique !

Monsieur Poireau a dit…

Ah j'ai enfin pu lire jusqu'au bout sans être interrompu !
Tu es FLE alors ?
Je trouve beaucoup plus drole, je pense plus efficaces, les leçons impertinentes (Jean-Louis Schifflet, sort de ce corps !) que les trucs ennuyeux des programmes officiels.

J'espère que tu nous fera un article bientôt sur le pays où le soleil est levant !
:-))

Marie-Georges Profonde a dit…

Vangauguin,
Moi j'aimerais être copine de ton blog mais ma page plante quand j'essaie d'aller sur ton blog, page trop difficile à charger ? Snif...
Audine,
Difficile à raconter. Nez dans le guidon et beaux paysages trop rarement traversés (peu de congés)...
Helen,
Et toi ? Tu nous diras pourquoi tu as deux pseudos dis ?
Monsieur Poireau,
Je fus FLE en effet. Maintenant que je traîne mes préps à l'Education nationale, c'est d'un morose... J'ai du mal à m'y faire, c'est vrai !

vangauguin a dit…

Marie-Georges

Tu m'envoies fort mari... ;-)

Allons, je n'ai qu'un vieux portable "placard-bêle" où je n'ai rajouté qu'une barrette (de mémoire, seulement de mémoire...)
alors tu devrais bien y arriver...
C'est vrai que j'abuse un peu des widgets en col de droite, va falloir que je fasse le ménage..;

Besoin d'un sherpa pour charger ta page? ...;-)

A bientôt, Profonde