dimanche 11 janvier 2009

La vocation

Braque, La patience, 1942


1942
Ma mère est la seconde enfant d'une famille qui en comptera bientôt cinq. Elle grandit dans un milieu modeste : le papa est ouvrier et la maman s'occupe de ses bouches à nourrir.

1957

- J'aimerais bien être... couturière !
- Tu seras institutrice.
- Mais maman, je n'aurai jamais mon bac ! Je suis nulle en français.
- Tu passeras ton bac.

1960
- Maman, j'ai fait tout ce que tu m'as dit : j'ai fini par avoir ce satané baccalauréat après deux redoublements... J'ai une idée de travail sûr : je compte devenir postière.
- C'est non. Tu seras institutrice ou rien.
- Je me suis inscrite au concours des postes.
- Je t'ai inscrite à l'entretien de l'école normale.
- Je ne veux pas y aller.
- Tu n'as pas l'air de comprendre : tu n'as pas le choix.

A l'entretien
- Pourquoi avez-vous choisi le métier d'institutrice ?
- Je ne l'ai pas du tout choisi.
- Pourquoi vous êtes-vous présentée à notre examen d'entrée ?
- Je n'ai fait cela que pour obéir à ma mère. Je n'aime pas les enfants. Je détesterais faire ce métier.

Un mois plus tard
A l'issue de l'examen d'entrée à l'école Normale d'institutrices auquel vous vous êtes présentée, nous avons le plaisir de vous informer que vous avez été reçue.

rentrée 1960
Je déteste ce métier.
1970
Je déteste ce métier.
1980
Je déteste la vie, mes collègues et ce métier.
1990
J'aime bien mes collègues. Parfois j'aime ce métier.
1997
Enfin la retraite !

2004
- Maman ? Je me suis inscrite au concours de professeur des écoles.
- Ah ? Euh, bon. Oui après tout, si tu en as envie, tu ne dois surtout pas tenir compte de tout ce que je t'ai dit. Je m'en voudrais si tu t'en empêchais à cause de moi.
- Disons que envie est un grand mot. J'aime beaucoup ce que je fais mais c'est lassant de chercher du boulot chaque année. Et puis à Paris on ne me propose que du temps partiel. Alors je me suis dit : je suis déjà dans l'enseignement, j'ai une formation en arts, une autre en français... Le concours d'instit me paraît à ma portée.

2005
- Allô maman ? Je suis reçue au concours !
- Je suis fière de toi !

2008
Je déteste ce métier.

42 commentaires:

Mathieu L. a dit…

Fille de prof en plus ? Eh bien, c'est la totale ;)

Le coucou a dit…

Désopilant, mais cela sonne si vrai!

Didier Goux a dit…

La conclusion me semble un signe de bonne santé mentale.

Didier Goux a dit…

Et ça vous apprendra à ne pas écouter Madame votre mère, espèce d'anarchiste hirsute !

Catherine a dit…

Il est encore temps de changer de métier ! Il doit bien vous rester encore au moins 30 ans à travailler, alors autant faire quelque chose qui vous plaît. 30 ans c'est long. Je vous ai bien filé la déprime, là ?

Mélina a dit…

Mais c'est un métier l'enseignement?
Meeeeeeeeeerde.

Sans rire, je courbe l'échine pour saluer bien plus bas que ça une telle assiduité et une belle réussite que d''avoir finalement transmis ce goût à la descendance.

Zoridae a dit…

:(

Marie-Georges Profonde a dit…

Mathieu,
Oui, c'est désespérément banal.
Le coucou,
Tout est vrai :)
Didier Goux,
Je voulais l'écouter et puis un jour, allez savoir pourquoi, j'ai pensé que ça serait bien. Croyez bien que je m'en mords les doigts pleins de craie !
Catherine,
On ne sort pas si facilement de la grande "famille" de l'Education nationale...
Mélina,
Je crois que oui, c'est un métier.
Zoridae,
Ne t'inquiète pas, je déteste surtout les conditions actuelles d'enseignement donc l'espoir est permis...

Zoridae a dit…

Ça me fait plaisir que tu dises ça mais peut-on vraiment avoir de l'espoir que les choses s'arrangent ?

Myu a dit…

Alors la j'hésite en sos de Balavoine et j'aurais voulu être un artiste tiré de stramania...
le second peu être parce que finalement dans la vie on fait ce qu'on peu pas ce qu'on veut :)

Mais je dois reconnaitre que c'est très drôle ^^

Audine a dit…

Mouhahahah !!
Non je ne commenterai pas, non je ne commenterai pas, non je ne commenterai pas, non je ne ...





(il y avait une loi, à la maison, c'était "Maman a toujours raison")

Nicolas a dit…

Tu n'avais qu'à choisir "blogueuse", comme métier.

Mots d'Elle a dit…

J'adore ce texte!
Ma fille a longtemps dit vouloir devenir "chanteuse de derrière" (càd: choriste)...dois-je considérer ça comme une vocation?
Et puis, pour avoir cotôyé tes confrères/consoeurs de vocation, je peux dire qu'aucun ne m'a fait l'effet de détester son métier, bien au contraire! Je ne peux pas croire que vous êtes enseignants ET comédiens!! sourire...

noèse cogite a dit…

Trop drôle!
La vie ns rattrape là où ne ne l'attendait pas.
Quand même on sent que si votre mère avait vécu ses rêves..elle vs aurait laissé vivre les vôtres.
L'effet papillon à travers nos choix de vie.

Didier Goux a dit…

Marie-Georges : je crains que les conditions actuelles d'enseignement ne fassent figure de petit paradis, d'ici quinze ou vingt ans...

Marie-Georges Profonde a dit…

Zoridae,
En tout cas parfois j'ai cet espoir alors pour une fois que je suis optimiste, j'en profite :))
Déjà, si je n'ai qu'une classe l'an prochain, ça devrait aller mieux (hein ? Dis ? Oui hein ?!)
Myu,
Quelles références ! Je ne sais pas si "j'aimerais mieux être un oiseau" ni si "j'aurais voulu être un artiste" :)) Merci :)
Audine,
Bien tenté :)) Faut reconnaître qu'en un certain sens, elles ont souvent raison.
Mots d'Elle,
Merci ! J'aime beaucoup l'expression "chanteuse de derrière". Au moins elle n'est pas égocentrique, ta fille :))
Noèse cogite,
Las, elle a toujours voulu me laisser choisir, ce qu'elle n'a jamais pu faire elle-même. Vous dites cependant vrai, finalement j'en suis là...
Didier Goux,
Je crains que vos craintes ne soient complètement fondées.

Zoridae a dit…

Alors ça c'est sûr !
L'année prochaine je suis sûre tu vas découvrir ton métier... et peut-être oublier un peu les conditions dans lesquelles tu l'exerces...

Tiens bon !

Simon Gaetan a dit…

Si tu veux un avis ( gratos)
toi en maternelle c'est des perles aux petits cochons.
Tu es bien avancée,certes...
Alors deuxieme conseils,si tu veux faire une candidature spontanée ,en plus du travailalimentaire, tappe directement chez les Présidents
(ils aiment le culot...)
Sinon tu as affaires aux "petits chefs",tu vaux mieux qu'eux,ils le sentent et font barrage.
courage,you can do it

Dorham a dit…

M'est avis que c'est moins une vocation qu'un virus.

1950, blennoragie, je déteste, ça pique, ça brule et ça gratte.

1960, j'ai appris le mot chaude-pisse et le récite 15 fois par jour en moins de 15 secondes, c'est un mantra que l'on appelle sobrement "mantra-lambeaux-de-peau".

1970 - Tout ça, c'est la faute à Cohn Bendit et au LSD.

...

2008

Allo Papa ?,
je crois que ça commence à venir, ce matin, j'ai uriné, c'était une horreur.

- je suis fier de toi fiston. Comment elle s'appelait.

- je sais plus...

- Ah, c'est bien, ça c'est mon fiston...

(cette histoire ne tient aucunement compte de la découverte de la penicilline)

Maximus Bob2bob a dit…

Difficile de passer après Dorham(Dans la vie on ne choisit pas toujours).

Frédéric Meurin a dit…

De quoi tu te plains, tu aurais pu devenir infirmière !

zarzuela foutrax a dit…

J'aime beaucoup ! Ceci dit, il y a TOUJOURS de l'espoir : moi-même lestée d'un lourd patrimoine en la matière (famille de fonctionnaires depuis 3 générations, dont une mère prof), j'ai tout de même réussi à quitter le titanic educ nat il y a 7 ans. Et, c'est pas pour prêcher une convaincue, mais il faut bien l'admettre : cela me procure une joie chaque jour renouvelée.
A biental !
Zarzuela Foutrax
www.madamedame.com

balmeyer a dit…

.:: LOL ::.

Quel humour ! (et en fil de fer, un vie, racontée).

Et, euh, garde espoir, il y a... la fenêtre. Oui, avec des... euh... bref, enfin, non, rien.

Marie-Georges Profonde a dit…

Zoridae,
Oui, parfois il m'arrive de le croire...

Simon Gaetan,
Le compliment me va droit au cœur mais je ne suis pas de cet avis. Des perles aux cochons je ne pense pas. je me sens plutôt "comme Spiderman à l'île de Ré, comme un chien de chasse chez Picard surgelés/ comme de Villiers à Mykonos, comme une baleine dans microcosmos." ! GAGNEZ UN RESTO CORÉEN EN RETROUVANT LE TITRE ET L'INTERPRÈTE DE CETTE CHANSON !

Dorham,
Désolée, je ne pouvais pas savoir que cela réveillerait d'aussi douloureux souvenirs.

Maximus Bob2bob,
Eh oui mon bon msieur.

Frédéric Meurin,
OUI tu sais que parfois je me dis ça ? Comment font ceux qui bossent à l'hosto ?!

Zarzuela Foutrax,
Merci !
Oh, tu as réussi à quitter le navire, comment as-tu fait ? Je demande ça comme ça... :))

Balmeyer,
Ravie d'éveiller ce LOL en toi :) Oui, c'est tout du vécu vrai.
Souvent, c'est vrai aussi, je me jette par la fenêtre de l'ordi.

Marie-Georges Profonde a dit…

Nicolas,
Bonne idée. Tu peux me pistonner ?

Frédéric Meurin a dit…

Seul et célibataire des Fatals Picards...

zarzuela a dit…

J'ai couché.
Non, je rigole : à l'éduc on couche peu (même trop peu je dirais), en tout cas au niveau du secondaire. En fait, j'ai pris une dispo qui dure depuis 7 ans, au point d'avoir parfois l'impression que mon dossier s'est égaré quelque part sous la moquette du rectorat. S'ils le retrouvent un jour, inch'allah, je démissionnerai. Pour le reste, j'avais profité des vacances pour faire des stages en presse, radio etc, ce qui a fini par porter ses fruits. Je fais depuis diverses choses et vis dans une forme de précarité qui angoisse beaucoup ma maman mais qui, bizarrement, ne me ratatine pas le moral.
Courage, tout peut arriver !
zarzuela
madamedame.com

Marie-Georges Profonde a dit…

Zarzuela,
C'est super ! A mon avis ils ne t'ont pas oubliée, tu as droit à dix ans de dispo je crois. Encore 3 ans peinarde !

Marie-Georges Profonde a dit…

Frdéric Meurin,
YOU WIN !

Melle ciguë a dit…

Vivement la prochaine génération! ;-)

BritBrit a dit…

Très drôle !
Du grand Marie-George !

Moi aussi je déteste mon métier, mais personne ne m'a forcé. Dommage j'aurais bien aimé rejeter la faute sur quelqu'un...

Gaël a dit…

que dire de plus que tous ce commentaires...

charlemagnet a dit…

comme quoi, tout est un éternel recommencement!
moi j'aurais aimé être empereur, mais la formation n'existe plus, hélas!

Sam a dit…

Je suis devenu couturier et je voulais enseigner... On échange?

Marie-Georges Profonde a dit…

Mademoiselle Ciguë,
Parle pas de malheur :))
Britbrit,
Tu as raison, c'est l'avantage : j'ai tout loisir de maudire les générations précédentes.
Gaël,
Je te le demande :))
Charlemagnet,
Un bien beau métier. Accroche-toi, qui sait !
Sam,
Ça marche ! (Depuis ta proposition je me sens pousser des dons de couture jusqu'ici ignorés.)

ema ou la bienveillante a dit…

c'est hyper effrayant ce destin de femmes.

mtislav a dit…

J'aime beaucoup ton billet. J'ai beaucoup plus confiance dans un enseignant qui n'a pas la vocation que ceux qui ont le sentiment d'effectuer un sacerdoce.

MARIE a dit…

J'ai suivi le lien chez Yaelle et je suis conquise par la pertinence de tes écrits ...
C'est joliment dit...
Au fil de mes lectures sur ton espace , j'ai le sentiment que tes questionnement sont une belle manière de faire l'éloge de ta mère ... ;o)

Je reviendrais ... ^^;o)

Douce journée ...

Anonyme a dit…

ess

Marie-Georges Profonde a dit…

Ema,
Oui, on peut le voir comme ça :S
Mtislav,
Merci. Je ne sais pas mais je veux bien te piquer un peu de cette confiance que tu as en moi :))
MARIE,
C'est vraiment gentil. Merci pour ton commentaire et heureuse que ça te plaise :)
Anonyme,
wxs ?

Anonyme a dit…

No comment...! je voulais juste te souhaiter une belle année d'écriture et d'inspiration.
Je prends régulièrement de tes nouvelles en écoutant " Guadalquivir" à fond et en boucle, j'adore!
Mais pour ce qui est de te répondre, comme tu peux le constater, j'ai oublié mon mot de passe et l'ordi y met de la mauvaise volonté! Géraldine

Marie-Georges Profonde a dit…

Coucou Géraldine,
Merci beaucoup pour ton message et tes vœux :)
Moi aussi j'ai eu tendance à pas mal l'écouter en boucle !
Bises et bonne année à toi.
(Sans code tu peux cocher nom/URL et mettre ton nom)