jeudi 15 octobre 2009

Année ionescolaire (2)

Hokusai, Kajikasawa dans la province de Kai, 1831

L'épisode 1 est sur cette page, un peu plus bas (penser à mettre un lien). La scène se passe le 1er septembre.

Toujours à l'inspection, le secrétaire et moi tentons de joindre le rectorat depuis dix minutes sans grand succès.
- Ah, ça y est, ça sonne. Je vous passe la personne que vous avez rencontrée ce matin.
- Merci. Allô ?
- Allô mademoiselle Profonde ? Oui excusez-nous, nous vous avons attribué un poste déjà pourvu. Je suis désolée, j'avais mal lu l'écran... Bref, nous allons vous donner autre chose. Alors il me reste... Euh... Laissez-moi voir... Remplaçante dans le 12è ou le 20è, ou bien un poste soutien dans une école.
- Dans UNE école vous dites ? C'est bien, ça ! je prends ! Mais c'est quoi ?
- Je ne sais pas, ce sont des postes qui ont été créés cette année, je n'ai aucune information. Pour en savoir plus, contactez vite l'école Bidule, la directrice, madame Machin, vous expliquera en quoi cela consiste. Au revoir.
- Merci ! Au revoir ! clic
- L'école Bidule ne dépend pas de ma circonscription mais vous pouvez les appeler depuis le bureau d'à côté, ma collègue s'en occupe.
- Merci ! Au revoir !

Au bureau d'à côté

- Bonjour, le rectorat vient de m'affecter dans votre circonscription pour remplacer madame Truc cette année, est-il possible de joindre l'école Bidule ?
- Je les appelle. Vous êtes ?
- Euh Marie-Georges Profonde, poste soutien.
- Qu'est-ce que c'est ?
- Je ne sais pas.
- J'appelle. (...) Allô, madame la directrice de l'école Bidule ? (...) Oui, je suis avec mademoiselle Profonde, elle est euh...
- Maître soutien !
- Maître soutien chez vous. (...) Votre équipe est au complet ? Ah non, moi j'ai quelqu'un qui vient justement pour remplacer une de vos collègues, madame Truc. (...) Vous êtes sûre ? Bon, je vous l'envoie. clic. Elle vous attend.

A l'école Bidule

- Bonjour madame la directrice, alors voilà : je viens remplacer madame Truc...
- Je ne connais pas de madame Truc.
- Eh bien à l'inspection, ils ont un papier avec la liste des professeurs de votre école, et je vous assure qu'il existe une madame Truc, travaillant ici.
- Jamais vue.
- Bon, je suis là en tout cas, c'est le rectorat qui m'envoie.
- Très bien, euh, ils vous ont précisé la nature de votre fonction ?
- En fait il m'ont dit que vous m'expliqueriez.
- Ah.
- Hum.
- Eh bien, je vais demander à l'inspecteur.
(...)
Il n'est pas au courant. Il m'a dit de ne pas nous réjouir trop vite, il y a de grandes chances que vous nous quittiez d'ici la fin de la semaine.
- Mais mon poste soutien alors ? Et madame Truc ?
- Je n'en sais pas plus.
- Fichtre...

10 commentaires:

lucia mel a dit…

Diantre ! mais alors, t'es toujours en vacances ? ah, je vous l'dis ces fonctionnaires... Comment vas-tu depuis l'été ? moi, je me prépare doucement à l'hiver... (c'est comme ça dans le privé, l'été ne dure guère, 2 semaines à tout casser, pas vraiment le temps de bronzer). Bientôt un pot chez Ladies Room, tu viendras ?

Zoridae a dit…

Ouah ! C'est... effrayant !

Catherine a dit…

On se croirait dans un livre de Kafka ! Bon courage.

Didier Goux a dit…

Et, à part ça, vous êtes toujours amoureuse ?

Non, parce que, franchement, le reste est absolument sans intérêt...

Marie-Georges Profonde a dit…

Lucia,
Hello ! Non, je suis bien en poste soutien cette année mais les missions sont mystérieuses et chacun les définit en fonction de ce qui l'arrange. Je ne suis pas au courant pour Ladies Room, je leur avais filé une adresse mail à laquelle je n'ai plus accès.
Zoridae,
Bonjour toi ! (je ne blogue tellement plus que je redécouvre, émerveillée, mes commentateurs fidèles :D) ; effrayant peut-être... Je t'ai déjà dit que je voulais changer de métier ? Ah oui tiens :)
Catherine,
Merci d'être passée dans ce blog poussiéreux ! Ah, Kafka... C'est hélas moins dû à mon écriture qu'à la situation.
Didier,
Je suis complètement de votre avis. Et pour vous répondre à grands cris : ouiiiiiiii !

Anonyme a dit…

J'adore!!!
J'attends la suite...
Gilles

Marie-Georges Profonde a dit…

Gilles,
Hello, merci de ton passage ! Y'a une suite prévue. Bises à toi.

Audine a dit…

Mais heuuuu c'est "Une rentrée sans fin" ?? Tu as vérifié que ton radio réveil ne jouait pas toujours le même air de musique quand il te réveille ?

Et sinon, tu rencontres des enfants, de temps en temps ?
Comment qu'ils sont ??

Monsieur Poireau a dit…

Un poste est caché dans ce rectorat, sauras-tu le retrouver ?
J'adore la directrice qui découvre le nom de la prof imaginaire que tu es censée remplacer ! Vraiment surréaliste !
:-))

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.