samedi 7 août 2010

Explications

Courbet, L’Atelier du peintre. Allégorie Réelle déterminant une phase de sept années de ma vie artistique (et morale), 1855

par mail

- "Cher papa, tu es injoignable par téléphone ! J'ai pris des billets de train pour venir te voir du 21 au 27 juillet. J'espère que cela te convient. Bisous."
- "Ma fille, pourquoi pas mais je suis précisément absent du 21 au 27. Bises."
- "Cher papa, je vais donc annuler et en reprendre deux autres pour la période du 28 juillet au 3 août. Bonnes vacances et à très vite."

sur le site de la sncf
- "Pour annuler vos billets, cliquez sur annuler."
- "Clic"
- "Votre commande a bien été annulée."

le surlendemain
- "Chouette, je viens de recevoir mes billets annulés par courrier. Ils sont bizarres à la sncf mais ils sont drôlement rapides en tout cas."

sur une page du site, en petits caractères
"Pour le remboursement de billets, munissez-vous de ces derniers et allez dans une gare."

à la gare

- "Bonjour madame, je souhaiterais le remboursement de ce billet.
- Aucun problème, j'ai besoin de l'autre pour cela.
- L'autre ?
- Oui, le retour.
- Mais j'ai cru comprendre qu'il n'était pas remboursable ?
- Tout à fait. Non remboursable, mais indispensable pour rembourser le remboursable.
- Eh bien je ne l'ai pas sur moi.
- Dans ce cas je ne peux rien.
- A vrai dire, je ne sais pas si je l'ai gardé. Si je ne le retrouve pas, que puis-je faire ?
- Ici, de toute façon, nous ne pourrons rien faire sans ce billet. Cependant vous pouvez vous adresser au service clients. Cela prendra un mois, il faut le savoir.
- Bien. Avez-vous l'adresse du service clients ?
- C'est à ce même guichet.
- ...
- Je résume : vous revenez ici avec votre billet non remboursable pour que je puisse rembourser celui qui l'est, et si vous ne le trouvez pas eh bien vous revenez ici, mais je ne pourrai rien pour vous.
- Un peu comme maintenant ?
- Oui mais à ce moment-là, nous procéderons aux démarches pour le service client.
- Dites, je peux peut-être effectuer ces démarches par courrier ?
- Bien sûr.
- Dans ce cas, je veux bien l'adresse s'il vous plaît.
- Vous pouvez en effet trouver l'adresse sur notre site internet."

Je regarde l'écran de l'ordinateur de la dame, visiblement connecté sur ledit site. Je me dis qu'il doit y avoir un protocole extrêmement pensé indiquant qu'il vaut mieux renvoyer un usager chercher l'information par lui-même plutôt que de la lui donner bêtement. Je suis rentrée en constatant chez moi le même phénomène qui survient après une lecture d'article de presse féminine : une sorte de litanie explicative insensée déguisée en réponse dansait dans mon espace crânien.

5 commentaires:

lucia mel a dit…

ah ! t'étais revenue et je ne l'avais point vu... "Explications" de polichinelle... et jeux de saute-mouton, en été, prendre le train... comme on prend un..? Ca fait plaisir de te lire de nouveau.

Zabé a dit…

Mais enfin ! pourquoi y a qu'à toi qu'il arrive ce genre d'embrouille kafkaîenne ? ou alors y a que toi pour les raconter aussi bien.Cela me rappelle mon très honnête papa (il y a longtemps)qui voulait payer A L'ARRIVEE le billet qu'il n'avait pas eu le temps de prendre AU DEPART! Mais il ne pouvait pas prouver qu'il avait bien pris ce train...

Marie-Georges Profonde a dit…

lucia mel : euh antidépresseur ? merci :)
Zabé : Alors ils ont refusé qu'il paie ? :D

Anonyme a dit…

Et dire que c'est comme ça pour de vrai...

Marie-Georges Profonde a dit…

Anonyme,
Oui... D'ailleurs on m'en a encore raconté une comme ça cette semaine.
Ca me donne envie de chanter un genre de Rockcollection tiens :
"On a tous dans le cœur un billet à rembourser,
Une sensation bizarre à la sortie du guichet..."