samedi 13 juin 2009

Politique, vie et fruits de saison

Dürer, Jeune lièvre, 1502

Mardi dernier, chez le psy.


- "Bonjour. Euh... Euh... (...)
Je vais prendre ma carte dans un parti politique.
- (approbateur) Mmmh.
- Oui parce que, j'en ai marre de me sentir extérieure à tout ce qui se passe, et puis j'ai envie de discuter de perspectives politiques avec des gens, de débattre, d'entendre plusieurs sons de cloche ; pour ça on ne peut pas compter sur les médias.
- Oui.
- Et puis j'en ai marre qu'on me prenne pour une demeurée.
- Mmmh ?
- L'autre jour, une directrice d'école - pas une des miennes, une d'à côté - m'a encore parlé comme à une débile. Je lui exposais un problème tout à fait précis au sujet d'un élève victime d'absence parentale flagrante avec maltraitance. Je lui demandais comment entamer une démarche dans la mesure où nous n'avons plus d'assistante sociale dans l'école cette année. Elle n'a rien trouvé de mieux que de m'expliquer la vie en haussant les épaules : "Ah bin ma pauvre fille, avec notre gouvernement on n'a plus rien alors même si tu trouves une assistante sociale, c'est pas garanti qu'elle puisse s'en occuper. Tu comprends, les gens ont voté pour ça." Ca m'énerve. Je lui ai pas demandé de m'expliquer la politique sarkoziste.
- Elle vous a dit "ma pauvre fille" ?
- Euh. Je crois qu'elle a dit "ma pauvre". N'empêche, c'est gonflant. Avec moi les gens se croient toujours obligés de m'expliquer la vie.
- Non.
- (piquée) Comment ça, non ? Vous êtes censé dire oui, là !
- (indigné) Vous posez une question et vous estimez que la réponse vous est due. Toutes les réponses ne vous sont pas dues.
- (vociférant) Mais pas du tout, je parle d'un problème à résoudre, d'un gamin, et on ne fait rien, on noie le poisson ! Merci docteur, j'étais pas au courant, que toutes les réponses ne me sont pas dues !! Ah voilà, vous aussi vous m'expliquez la vie. Je ne viens pas ici pour ça !
- (posé) Il semble que vous ayez manifestement posé une question qui l'embarrasse. Elle a usé d'un stratagème pour ne pas y répondre. La question est : pourquoi y entendez-vous "ma pauvre fille" ?
- (calmée) Euh. Quand même, on s'adresse souvent à moi sur ce mode-là. Autre exemple : l'autre jour, j'interviens devant l'école (toujours pas la mienne au passage, mais bon, personne ne faisait rien) pour chasser une dizaine de gosses qui s'acharnaient sur un seul élève, prostré contre un mur, en train de pleurer. Je leur dis de rentrer chez eux, certains s'en vont. Un élève reste et agrippe le bras de la victime en lui disant "allez, viens, on s'en va" mais ce dernier résiste. Je lui fais remarquer qu'il n'a visiblement aucune envie de le suivre et lui demande de lui lâcher le bras. Il me répond "Vas-y, tu me parles pas comme ça !". Je l'attrape et le rentre de force dans l'école pour l'asseoir sur un banc et lui rappeler deux ou trois règles de base sur la manière de s'adresser aux adultes.
- (approbateur) Mmmh.
- Une collègue passe et vient jouer les doctorantes en enfantologie : "Ces mômes sont malheureux chez eux, alors ils ne sont pas pressés de rentrer à la maison. Il faut comprendre ça.". Trop sympa de m'expliquer la vie, encore une fois. Il m'a fallu répliquer que je ne chassais pas des gamins par plaisir sadique mais parce qu'ils étaient dix à s'acharner sur leur camarade. Elle a répété sa phrase de bonne âme qui préconise l'absence d'intervention. J'aurais dû les regarder faire avec amour ? Comme si ça leur rendait service !
- Elle avait réagi comment ?
- Elle n'a pas assisté à la scène. Elle m'a juste vue gronder celui que j'avais attrapé.
- C'est un peu la même histoire. Elle ne sait pas quoi faire alors elle vous balance des généralités. Mais vous ! Vous croyez qu'on vous prend pour une "pauvre fille". Il faudrait vous demander ce qui fait que...
- ... Mais évidemment ! Elle a cru bon d'expliquer le métier à la débutante que je suis ! Et puis j'ai d'autres exemples ! C'est une école où les projectiles venant des tours voisines sont monnaie courante, au point qu'ils ont installé des caméras spécialement pour ça. L'autre jour, à la sortie de midi, je discutais avec une de mes élèves sur le perron. Une pêche vient s'écraser sur une marche, juste à mes pieds. Surprise, je m'exclame "mais qu'est-ce que c'est que ça ?!". Une maman, d'un air blasé, me répond "c'est une pêche". Merci madame. Heureusement que vous êtes là pour m'apprendre à reconnaître les végétaux.
- (amusé) Eh bien après tout, votre question était "qu'est-ce que c'est".
- (interloquée) M'enfin, elle trouve ça normal, que les pêches volent bas ?! Mon élève a compris et m'a répondu : "maîtresse, ça vient de cet immeuble-là." Mais la mère... Peut-on être habituée aux pluies de fruits à ce point, jusqu'à dire "Tiens, c'est une pêche" lorsque l'un d'eux percute le sol devant soi ? Y'a pas comme un problème ?
- On se revoit mardi, même heure.
- Oui."

C'est rigolo le psy. J'ai l'impression qu'on débusque des bouts de névrose détalant ça et là, entre deux bosquets de conversation. Un jour je trouverai le terrier de ces maudites bestioles.

21 commentaires:

olympe a dit…

m'a l'air très bien ton psy

Franssoit a dit…

Ce n'est absolument pas crédible cet article.

Tu es enseignante, donc tu es déjà au PS.

vangauguin a dit…

Pêche à brico (marcher?)?

Ah! L'arbre de la tentation! Hein? Une pomme? Des tomates?

Dans manifeste, il y a feste!
(tu seras puni par où tu as pêché(e)) ...;-)

La meilleure façon de pêcher, c'est de mettre un péché devant l'autre et puis d'recommencer...

etc, etc, ...

Bise. Bien cordialement

Frédéric "Vangauguin/Avatarzen"
http://avatarzen.blogspot.com/

Magali a dit…

Moi c'était des clefs à molette que je voyais tomber devant mes pieds...mais bon je ne suis pas enseignante, les projectiles diffèrent apparamment...
pis tu sais, moi, pas plus tard qu'hier, ma collègue m'a dit en me montrant un enfant, que sa mère partait de temps en temps en vacances en laissant les enfants(au nombre indéterminé) tout seuls chez eux.....Puis elle rajoute" il vaut mieux ne rien dire, si on te pose une question , tu n'es pas au courant"...Je reste dubitative quant à l'implication professionnelle ( je n'ose pas employer les termes: sens des responsabilité, ou conscience) des gens qui nous entourent....

HERMES a dit…

En tout cas, si j'en crois l'illustration qui ne peut être due au hasard, le psy a levé un beau lièvre!

Gilles a dit…

Au PS certainement pas!!!
A la lecture attentive de billets plus anciens, je pencherais pour le Front de Gauche...

nataloup a dit…

Ah! MG! C'est sûr! La politique donne une toute autre dimension au scolaire... Nous, à notre niveau, nous sommes des petites fourmis qui travaillent dans les profondeurs éducatives mais sans appui politique, notre taf paraît bel et bien absurde! S'engager en politique permettrait de réfléchir avec d'autres aux moult dérives de notre institution, de faire remonter à des sphères décisionnelles nos constats, nos sidérations, nos propositions!
A très bientôt j'espère entre nos deux écoles...

Mlle ciguë a dit…

'Un jour je trouverai le terrier de ces maudites bestioles.'
Pareil !
;-)

Maouezig a dit…

bon évidemment c'est pas très plaisant de te lire dans ce genre de situations, mais ça fait quand même du bien de te lire tout court, j'avais peur qu'il te soit arrivé quelque chose depuis le temps !

moi c'est côté parent d'élèves que certaines choses me sidèrent, comme en conseil de classe de 2nde où on fait passer des mômes avec 8.5/20 de moyenne générale en disant "il pourra toujours redoubler sa 1ère" !!
bon d'accord, dans notre quartier c'est pas les fruits qui tombent à la sortie, c'est plutôt la distribution de barettes de m.... pas cher, mais bon !

à part Julien Coupat et ses potes je ne vois pas bien qui va nous sortir de là... cf. son magnifique texte ici : http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/05/25/julien-coupat-la-prolongation-de-ma-detention-est-une-petite-vengeance_1197456_3224.html

pour plus de cartouches et de belles prises dans ta gibecière, ça peut aider.

bien du courage pour la fin de l'année, allez, plus que deux-trois semaines ! je t'envoie plein d'ondes positives !

Maximus Bob2boB a dit…

C'est toujours bien tes posts. T'es toujours dans la mouise mais c'est toujours drôle. (Mais oui, tu vas le trouver ce satané terrier)

Marie-Georges Profonde a dit…

Olympe,
Je trouve aussi :)
Franssoit,
Ah zut. Comment je fais moi maintenant ?!
Vangauguin,
Je vous remercie pour ces pistes, m'sieur Lacan (coyote) :D
Magali,
Mais c'est fou ça ! J'espère que ce n'est qu'un ragot ; sinon elle est juste complice d'abandon d'enfants...
Hermes,
Bien vu ;)
Gilles,
Cf. réponse précédente :) Mais qui, dans le front de gauche ?
Nataloup,
Voilà qui est bien dit. A bientôt ma belle. (J'insiste pour qu'on se voie un mardi midi et y'en reste plus beaucoup !)
Melle Ciguë,
Oué, vive nous ! ;) Maintenant au boulot, comme dirait l'autre...
Maouezig,
Rrrroh c'est gentil, merci ! En fait il n'y a pas de raison d'être inquiète : je vais plutôt très bien en ce moment (mais ça ne se voit pas encore sur mon blog, j'en conviens !)
Merci pour le lien aussi. A bientôt !
Maximus Bob2bob,
C'est toujours adorable, tes commentaires !

Gaël a dit…

je te comprends ! balancer des fruits au prix où ils sont faut arrêter là !

(si tu trouves le terrier, préviens il doit me rester du napalm quelque part)

stipe a dit…

ah ben je vois que tu as retrouvé la pêche !
(mouais, bof...)

un plaisir de te relire.

mtislav a dit…

Je croyais que les psy répondaient plus souvent "..." ou encore "... !" quand ce n'était pas "... ?" ou le dernier mot de la dernière phrase que tu leur adressais comme quelqu'un un peu dur d'oreille. "demeurée ?" "sarkoziste ?" "la vie ?"

Sois patiente. Il se livre ton conseiller éditorial.

Monsieur Poireau a dit…

Mais pourquoi t'aimes pas les pêches ? C'est ça que je n'arrive pas à comprendre !
:-))

[En fait, y'a pas de terrier, ce sont des générations spontanées ! :-)) ].

Eric citoyen a dit…

Je vais prendre RDV !

@ +

Big Bésitos

Siestacorta a dit…

Ca a l'air d'être un bon psy.

Quand au "pauvre fille" que tu penses entendre tout le temps... Ben je voulais juste dire qu'il faut assumer que les gens ,e t'enveulent pas personnellement. Ils sont cons, et ils traitent tout le monde comme de la m.
Sinon le système capitaliste n'aurait jamais tenu plus de deux ans.

Mlle ciguë a dit…

Je voulais quand même te dire que j'ai le physique d'une gamine de 20 ans. Régulièrement, on me demande ce que je fais comme étude. Quand je leur réponds que je travaille quand même depuis plus de dix ans, ils tombent des nues ! Et pour le coup, moi aussi ça m'énerve ! Encore l'autre fois, je vais chez le coiffeur et il me dit: 'Mais vous avez quelques cheveux blancs ! A votre âge, il faut le dissimuler ! Mais moi, je ne veux pas les dissimuler ! Au contraire, je veux qu'on les voit et j'attends avec impatience mes premières rides!!! J'ai bientôt 33 ans, j'ai déjà vécu pas mal de choses -sans pour autant tout savoir loin s'en faut- mais les gens qui 'pour mon bien' me font la morale, j'ai juste envie de les coller au murs ! Pour pallier à tout ça, je dois m'habiller en 'femme adulte', ce qui n'est pas toujours pour me plaire. C'est la seule solution que j'ai trouvée pour l'instant...

Enfin, tout ça pour dire que je te comprends ;-)

Clarinesse a dit…

Sujet 1 : Ouaip, elle est belle notre Educ Nat qui en est réduite à supporter l'insoutenable ! "Laissez faire, laissez passer." Quoi d'étonnant à ce qu'elle ait fait sienne cette devise du non-interventionnisme ? Les pauvres choux, laissez-les se massacrer entre eux ! Laissez venir aux mains les petits enfants ! Laissez entrer dans les écoles la loi de la jungle !

Sujet 2 : Quant à la propension de la narratrice à se sentir écorcher vif par toute remarque... Inutile de préciser combien je compatis. Y a le même cas dans ma cervelle :)
Tout le talent est de savoir faire rire en racontant ce qui a fait pleurer.

Stéphane a dit…

Muuh tu comprends maintenant que tu as déjà eu envie de me tordre le cou indûment ?

Tyrane a dit…

"Des bouts de névrose qui détalent" ? Visuellement, ça doit être exceptionnel, peut être même un peu sanglant ;-) !

PS : J'aime !!!